Hal Ingberg architecte_4626, rue Saint-Urbain_Montréal_H2T 2V8_info@halingberg.com_514.843.6578

For buildings in cities, the maximization of street level fenestration is generally accepted as good urban form, because it establishes a relationship where the interior life of the building is both animated by and animates the public space of the street.

 

Contemporary rustication

But what if an immense building must drastically limit transparency? Our proposal for the Complexe de Soccer au CESM, like the impenetrable bases of the palazzi of the Florentine renaissance, advocates a form of contemporary rustication in the articulation of its exterior envelope. Like Florentine palazzi, our scheme employs noble materials, produces shadow inducing relief and creates a horizontal scale appropriate for civic appropriation. The building’s principle façade and the wall directed towards the building entrance employ material assemblies composed of five circular reliefs of varying depths within square frames. The arrangement of these reliefs is complex, pleasing to the eye yet economical to build.

From sitting to urbanisation

To protect athletes from injury caused by running into the structural box towers that support the vast span of the building’s roof the towers sit upon a 3m high base whose interior envelope is clad in wood. Outside, vast benches are carved out of the depth of and length between the towers. Like the palazzi of the Florentine Renaissance, these benches encourage informal seating, a density of human presence and therefore opportunities for the pleasure of chance encounters. Finally, the space between these benches and the pyramidal berms enhances this experience by creating a vegetal oasis in the city. So through the complex articulation of opacities in the rusticated walls, the incorporation of benches carved out of the wall and their location behind the berms, the great length of the building’s principal façade is urbanised.

 

Client: Ville de Montréal

Location: Montréal

Team: Sara-Jeanne Jacques-Dagenais, Boris Morin-Defoy, Andrew Hruby, Meng Li, Nicolas Moussa, Hal Ingberg

Structural design consultant: Luc Dumais of Dessau

Mechanical engineering consultant: Dupras Ledoux

Budget: $24,200,000

Municipal competition

COMPLEXE DE SOCCER AU C.E.S.M. 

Pour les bâtiments situés dans la ville, la maximisation de la fenestration au niveau de la rue est généralement acceptée comme étant la bonne forme urbaine, parce qu’elle établit une relation dans laquelle la vie interne du bâtiment est à la fois animée par et anime l’espace public de la rue.

 

Rusticité contemporaine 

Mais qu'en est-il lorsqu'un bâtiment immense doit limiter la transparence de façon drastique ? Notre proposition pour le Complexe de Soccer au CESM, tel les bases impénétrables des palazzi de la renaissance florentine, préconise une forme de rusticité contemporaine dans l'articulation de son enveloppe extérieure. Tel les palazzi florentins, notre projet recourt à des matériaux nobles, comporte un relief générateur d'ombres et crée une échelle horizontale propice à une appropriation citoyenne. La façade sur l'avenue Papineau et le mur perpendiculaire orienté en direction de l'entrée du bâtiment recourent à des assemblages de matériaux constitués de cinq reliefs circulaires variables inscrits dans des cadres carrés. Le positionnement de ces reliefs est complexe, plaisante pour l'œil, mais à la fois économique à réaliser.

 

De la position assise à l'urbanisation 

De façon à protéger les athlètes des blessures causées par des collisions avec les pylônes structuraux, les colonnes sont déposées sur une base de 3m dont l'enveloppe intérieure est revêtue de bois. À l’extérieur, de vastes bancs sont sculptés de la profondeur du mur dans la longueur entre les tours de colonnes. Comme pour les palazzi de la renaissance florentine, ces bancs invitent à s'asseoir de manière informelle, favorisent une densité de présence humaine et donc des opportunités pour le plaisir des rencontres fortuites. Finalement, l'espace entre ces bancs et les talus pyramidaux met en valeur cette expérience en créant un oasis végétal dans la ville. Donc, par l'articulation complexe d'opacités sur les murs rustiques, par l'intégration de bancs sculptés à même le mur et leur position derrière les talus, nous urbanisons l'énorme étendue de la façade sur l'avenue Papineau.

Client: Ville de Montréal

Lieu: Montréal

Équipe: Sara-Jeanne Jacques-Dagenais, Boris Morin-Defoy,  Andrew Hruby, Meng Li, Nicolas Moussa, Hal Ingberg

Consultants en structure: Dessau

Consultants en génie mécanique: Dupras Ledoux

Enveloppe budgétaire: 24 200 000$

Concours municipale