Hal Ingberg architecte_4626, rue Saint-Urbain_Montréal_H2T 2V8_info@halingberg.com_514.843.6578

LE JARDIN DES LOLLYPOPS

Because of its potential to denote entry into the city of Gatineau, the corner of a long triangular site is its most important location. However, the foreground presence of street lamps, traffic lights and trees creates visual conflict for incoming vehicular traffic originating in Ottawa.

 

Billboards

This condition is accepted, but then infiltrated  by aligning billboard-like constructions, between the street lamps and traffic light at the aforementioned corner. The structures are positioned to maximise their visibility for vehicular traffic, while providing spatial definition for the interior of the site.

 

Billboards provide information. However, our intention is not to provide information, but rather to stimulate visual perception. Towards this end, these structures are made of coloured reflective glass. They mirror the setting of vehicular traffic and nature through coloured lenses. At night they appear as  dramatic beacons.

 

Lollypops

Because of their flat coloured heads and the poles upon which they sit, the “billboards” possess a likeness not far removed from over-scaled lollypops; a resemblance that we expand upon for the remainder of the site. Whereas the billboards are tall and address the urban scale, smaller transparent coloured glass “lollypops” populate the landscape, working at the intimate and interactive scale of the individual in relationship to nature. Projecting ever-changing coloured light, the lollypops collapse the terrain’s enormity into intimate experiences. They are ordered by a rhythmic layering along a flexible grid. This accentuates their perceptual richness in relationship with each other, as well as with the spatial context of the existing and proposed landscape elements

Landscaping

Benches are liberally distributed throughout the garden, encouraging relaxed family viewing of the installations and physical appropriation of the site. Numerous ash trees are planted in order to densify and visually buffer the western tip of the site from the neighbouring bungalows.

Groups of switchback plants are located in the triangular wedge between the north/south pathway on the east of the site. The plants are used to visually define the edge of the garden and the promenade along the pathway, and because of their height they partially obscure views of the street from the garden. In so doing, they establish a sense of interiority in the garden.

 

The garden seeks to promote a child-like sense of play and discovery.

Client: Ville de Gatineau

Location: Gatineau, Québec

Team: Gareth Edwards, Marie-Eve Marchand, Godefroy Meyer, Hal Ingberg

Budget:  $400,000

Provincial competition: Finalist

 

Étant donné son potentiel pour indiquer l’entrée au centre-ville de Gatineau, l’angle des boulevards Maisonneuve et Sacré-Cœur est l’emplacement le plus important du site. Cependant, la présence à l’avant-plan des lampadaires, des feux de circulation et des arbres crée un conflit visuel du point de vue de la circulation en provenance d’Ottawa.

 

Panneaux d’affichage

Nous ne combattons pas cette condition. Nous l’infiltrons en alignant des éléments semblables à des panneaux d’affichage entre les nouveaux lampadaires et les feux de circulation à l’angle déjà mentionné. Ces structures sont positionnées pour créer le maximum de visibilité pour la circulation des véhicules, tout en procurant une définition spatiale pour l’intérieur du site.

 

Les panneaux d’affichage fournissent de l’information. Toutefois, notre intention ici n’est pas de fournir de l’information. Nous espérons plutôt stimuler la perception visuelle. À ces fins, les «panneaux d’affichage» sont en verre réfléchissant coloré. Ils reflètent le contexte composé par la circulation et la nature à travers des filtres colorés. La nuit, l’œuvre semble être un phare dramatique.

 

Les « Lollypops »

Nous avons ensuite remarqué que les «panneaux d’affichage» avaient une ressemblance certaine avec des «lollypops» surdimensionnés, ressemblance que nous avons choisi de prolonger au reste du site. Alors que les panneaux d’affichage  sont de grande taille et abordent l’échelle urbaine, des «lollypops» plus petits, en verre transparent coloré, peuplent le paysage, travaillant à l’échelle intime et interactive de l’individu en relation avec la nature. Projetant une lumière colorée qui change sans cesse, les «lollypops» compriment l’ampleur du terrain en des expériences intimes. Ils sont ordonnés par leur disposition rythmique selon une grille flexible qui accentue leur richesse perceptive en relation les uns avec les autres, de même qu’avec le contexte spatial des éléments paysagers existants et proposés.

 

Aménagement paysager

Des bancs faits sur mesure sont généreusement distribués dans le jardin, encourageant une observation décontractée des installations en famille et l’appropriation physique du site. De nombreux frênes sont plantés, de façon à densifier l’extrémité ouest du site et à amortir visuellement la présence des bungalows avoisinants. Des groupes de graminées de genre « Panicum » sont situés dans la partie triangulaire entre le sentier nord/sud et le boulevard Maisonneuve à l’est du site. Ces plantes sont utilisées pour définir visuellement le bord du jardin et la promenade le long du sentier. En même temps, en raison de leur hauteur, elles bloquent partiellement les vues sur la circulation des véhicules depuis le jardin. Ce faisant, elles créent un sentiment d'intériorité dans le jardin.

 

Le jardin vise à promouvoir une sensation enfantine de jeu et de découverte.

Client : Ville de Gatineau

Lieu : Gatineau, Québec

Équipe : Gareth Edwards, Marie-Ève Marchand, Godefroy Meyer, Hal Ingberg

Enveloppe budgétaire : 400 000$

Concours provincial : Finaliste