Hal Ingberg architecte_4626, rue Saint-Urbain_Montréal_H2T 2V8_info@halingberg.com_514.843.6578

MAISON DE L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL

This Complexe accommodates multiple programmes.  It comprises new homes for the Orchestre symphonique de Montréal (OSM), the Conservatoire de musique et d’art dramatique and  the Quebec government’s new administrative headquarters. It occupies an entire block in downtown Montreal.

The Maison de l’OSM is set back from rue Ste-Catherine in order to create a significant urban agora and public presence for the institution on Montreal’s main street. The Administrative tower is placed on de Maisonneuve Boulevard to minimize the casting of shadows within the central courtyard, while the Conservatory is located along de Bleury Street because its low-rise stature is in keeping with that of this street.

Greek and Roman

The complexe is conceived of as both urban figure (Greek) and urban fabric (Roman). The Maison de l’OSM  and the administrative tower may each be understood as figural objects which nevertheless establish a unique perimeter block relationship with the street.

 

Podium

The buildings rest upon a landscaped podium that runs the entire length of rue Jeanne-Mance. This strategy endows the complex with a sense of grandeur, visually separates the Orchestra’s public hall from rue Jeanne-Mance’s intense automobile traffic and creates multi-use elevated plazas.

Inevitability

The project is generated by a process-oriented method that drives programmatic requirement and its representation, to its  radically inevitable conclusion. This creates opportunity for the factual expression of powerfully scaled cantilevers and their big boned structural skeletons.

 

Chameleon

The Complex is conceived as an urban chameleon that seamlessly infiltrates its context, while establishing unique, expressive qualities. Via visual alignments and dramatic contrast, its massing creates harmonious scale relationships with the existing built environment and within the Complex itself.

Colour and optics

The Orchestra building is fitted in a  veil of golden tones (yellow brass and golden glass), which intensifies the sense of perceptual richness and grandeur typical of the ritual of symphonic music. The Administrative building is wrapped in a curtain wall of 4 shades of pale blue glass whose randomly distributed horizontal bands create a subtle quilt-like surface pattern. Each building surface is the object of complex optical effects that vary, depending on light conditions.

Client: La Société immobilière du Québec

Location: Montréal

Architects: Hal Ingberg Architecte and Birtz Bastien architectes 

Team:

Hal Ingberg architecte: Jonathan Arsenault, Michael Lévy, Neil Melendez, Sébastien Riendeau, Darrel Ronald, Hal Ingberg

Birtz Bastien architectes: Clément Bastien, Éric Biard, Nadim Khoury

Landscape architects: NIP Paysage

Structural Design Consultant: Serge Vézina of Dessau Soprin

Theatre planning consultants: Trizart Alliance

Budget: $170,000,000

Honourable mention in International competititon

Ce Complexe accueille de multiples programmes. Il comprend de nouveaux domiciles pour l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), pour le Conservatoire de musique et d’art dramatique et un immeuble gouvernemental. Il occupe un îlot entier au centre-ville de Montréal.

 

La Maison de l’OSM est positionnée en recul par rapport à l’artère commercial principal de Montréal (rue Ste-Catherine), de façon à créer une agora urbaine significative et une présence publique. Les quartiers administratifs sont placés dans une tour sur la portion nord du site (boulevard de Maisonneuve), afin de minimiser la projection des ombres à l’intérieur de la cour centrale du complexe. Le Conservatoire de faible hauteur est localisé le long de la rue Bleury, où l’on retrouve des hauteurs construites similaires.

 

Grec et romain

Le Complexe est imaginé autant comme figure urbaine (grecque) que comme tissu urbain (romain). La Maison de l’OSM et la tour administrative peuvent être toutes deux comprises comme des bâtiments-objets sculpturaux formant également un îlot bâti ayant une relation à la rue unique.

 

Podium

Le complexe est déposé sur un podium paysager. Ce dernier s’étend sur toute la longueur de la rue Jeanne-Mance. Ceci confère au Complexe une impression de grandeur, sépare visuellement le hall public de l’Orchestre de la circulation automobile soutenue de la rue Jeanne-Mance et crée des places publiques surélevées polyvalentes.

Inévitabilité

La proposition amène les exigences programmatiques et leur représentation à leur conclusion radicalement inévitable. Ceci crée des opportunités de relations spatiales et structurales étonnantes, incluant des porte-à-faux puissamment dimensionnés et leurs squelettes structuraux à l’ossature imposante.

Caméléon

Le Complexe est conçu comme un caméléon urbain qui infiltre son contexte sans que cela ne paraisse, tout en créant des qualités uniques, expressives. Au moyen d’alignements visuels et d’un contraste dramatique, sa masse crée des relations d’échelle harmonieuses avec l’environnement bâti existant et à l’intérieur même du Complexe.

Couleur et optique

Le bâtiment de l’Orchestre est paré de chatoyantes tonalités dorées de verre et de laiton qui intensifient la sensualité et l’opulence typiques du rituel da la musique symphonique. La tour administrative est recouverte de quatre nuances de verre bleu transparent et réfléchissant, les bandes horizontales duquel, disposées de façon aléatoire créent un motif en surface s’apparentant à une courtepointe. Chacune des surfaces du bâtiment est sujette à des effets optiques intrigants qui varient, dépendamment des conditions de lumière.

 

Client : La Société immobilière du Québec

Lieu : Montréal

Réalisation : Hal Ingberg architecte + Birtz Bastien architectes

Équipe :

Hal Ingberg architecte : Jonathan Arsenault,  Michael Lévy, Neil Melendez, Sébastien Riendeau, Darrel Ronald, Hal Ingberg

Birtz Bastien architectes :    Clément Bastien, Éric Biard, Nadim Khoury

Architectes paysagistes: NIP Paysage

NIP paysage :  France Cormier, Michel Langevin, Mélanie Mignault

Consultants : Dessau Soprin et  Trizart

Enveloppe budgétaire : 170 000 000$

Concours international : Mention honorable