Hal Ingberg architecte_4626, rue Saint-Urbain_Montréal_H2T 2V8_info@halingberg.com_514.843.6578

PAPILLON

Papillon is suspended from a concrete block wall that looks onto a large parking lot for a new YMCA in the Montreal borough of Cartierville. The building was designed by Daoust Lestage Inc. 

 

Parking

The sizeable dimension of this environment and the prosaic activity that takes place within it required a spatial gesture that could somehow assert presence and challenge preconceived notions of where and therefore how to look at art.

 

Mirroring and stripes

Towards this end, the work reflects its ever-changing context, by making use of glass panels comprising a delicate filigree of transparent and mirrored stripes. This creates a sense of uniformity and a maximum of visual complexity. The density of the pattern has a fine grain that also minimises views through the glass. All of this has the effect of fragmenting the reflections, creating what one could think of as a stripe painting that transforms itself in “real time”.  

 

Tilting

The glass panels are tilted downward at a 16 degree angle so that viewers may see themselves and their context reflected in the glass from up close and at a distance. People, cars, colour, etc become part of and therefore performers in the work.

Welcome

The length of the long glass wall folds inwards at its centre. This creates a welcoming gesture that further gathers the viewer into the work. It also creates an effect of reflection upon reflection.

Evening

The work is lit in the evening by the ambient light provided by lamp standards. It will also be lit and transformed by intermittent flashes of blinking light originating from automobile head lights.

Unpredictability

Ultimately then, Papillon proposes an unpredictable optical experience that is particularly sensitive to a context not normally associated with art.   Due to changing conditions of natural and artificial light, the shifting of the clouds, rain and snow as well as the movement of cars and people, the work transforms itself throughout the day, evenings and seasons. It is understood via one’s movement through space in “real time”.

Client: Les YMCA du Québec

Location: Montréal

Team: Damien Heist, Sébastien Riendeau, Hal Ingberg

Model: Marco Joubert

Structural engineer: Dessau 

Glass engineer: CPA Verre Structurel

Budget: $91,000

Competition laureate

Papillon est suspendue à un mur de bloc de béton donnant sur un vaste stationnement, pour un nouveau YMCA dans l’arrondissement de Cartierville, à Montréal. Le bâtiment a été conçu par Daoust Lestage Inc.

 

Stationnement

La dimension considérable de cet environnement et l’activité prosaïque qui s’y déroule nécessitaient un geste spatial qui puisse d’une certaine façon affirmer sa présence et remettre en question les notions préconçues concernant où, et par conséquent comment, aborder l’art.

 

Reflets spéculaires et rayures

À cette fin, l’œuvre reflète son contexte toujours changeant, en utilisant des panneaux de verre comprenant un délicat filigrane de rayures transparentes et spéculaires. Ceci crée une impression d’uniformité et une complexité visuelle maximale. La densité du motif possède un grain ténu qui minimise également les vues à travers le verre. Tout ceci a pour effet de fragmenter les réflexions, créant ce que l’on pourrait concevoir comme une peinture à bandes (stripe painting) qui se transforme en « temps réel ».

 

Inclinaison

Les panneaux réfléchissants sont inclinés vers l’avant à un angle de 16 degrés, de sorte que les spectateurs peuvent se voir eux-mêmes et leur contexte réfléchis sur le verre de près et de loin. Les gens, les voitures, les couleurs, etc., deviennent ainsi des participants et jouent donc un rôle dans l’œuvre.

 

Bienvenue

La longueur de la paroi de verre face au terrain de stationnement est divisée en deux, se pliant vers l’intérieur. Cette expression concave crée une forme de geste de bienvenue qui invite le spectateur dans l’œuvre. Elle crée également l’effet d’un reflet sur un reflet.

 

Soirée

L’œuvre est éclairée le soir par la lumière ambiante fournie par les réverbères. Elle sera aussi éclairée et transformée au gré des éclats intermittents de lumière provenant des phares des voitures.

 

Imprévisibilité

Papillon propose donc une expérience visuelle imprévisible, laquelle est particulièrement sensible à un contexte qui n’est pas normalement associé à l’art. En raison des conditions variables de lumière naturelle et artificielle, du déplacement des nuages, de la pluie et de la neige de même que du mouvement des véhicules et des gens, l’œuvre se transforme tout au long de la journée, en soirée et d’une saison à l’autre. Elle se comprend lorsqu’on se déplace dans l’espace en « temps réel ».

 

Client: Les YMCA du Québec

Lieu: Montréal

Équipe: Damien Heist, Sébastien Riendeau, Hal Ingberg

Maquette: Marco Joubert

Coût de réalisation: 91 000$

Concours municipale : Lauréat