Hal Ingberg architecte_4626, rue Saint-Urbain_Montréal_H2T 2V8_info@halingberg.com_514.843.6578

RÉFLEXIONS COLORÉES

For the fourth annual International Garden Festival (2003) at the Reford Gardens in Grand Métis, Québec, a forested section of the gardens was wrapped in an equilateral triangle of green semi-reflective glass, capturing three pre-existing birch trees within its walls. The form and limited dimensions of the wrapper produced an intimate, courtyard-like room that intensifies our perception of the forest. 

 

From within the enclosure, the colour of the glass reinforces our sensitivity to spatial definition. Its semi-reflective surfaces generates enigmatic optical readings because of the 60 degree angle of glass corner intersections, the ever-changing conditions of daylight and seasons as well as the position of trees within and outside the enclosure.

 

Like a chameleon, in certain conditions of daylight, the installation is virtually imperceptible. It insinuates itself into its forest-like context by reflecting trees and visitors, creating the spectacle of people watching people and nature via the filter of reflection. However, with different conditions of daylight, the form is understood as an object, acting as a receptor for the concentrated shadows cast by the trees. 

 

Intended to have been temporary, the installation has nevertheless withstood the elements and has been continuously presented at the festival since its installation in 2003.

Client: International Garden Festival - Reford Gardens

Curator: Denis Lemieux

Location: Grand Métis, Québec

Team : Bechara Helal, Hal Ingberg

International Competition: Laureate

Budget: $27,000

Sponsor: Vitrerie Technique

Photographs: Robert Baronet and Hal Ingberg

Pour la quatrième édition annuelle du Festival International de jardins (2003) aux Jardins de Métis, une section de forêt des jardins a été enveloppée dans un triangle équilatéral de verre couleur chartreuse semi-réfléchissant – capturant ainsi trois merisiers existants en son intérieur. La forme ainsi que les dimensions limitées de l’enveloppe créaient une enceinte ayant les qualités d’une cour extérieure à l’ambiance intimiste, qui intensifiait notre perception de la forêt.

 

Depuis l’intérieur de l’enceinte, la coloration du verre établissait une définition spatiale franche, alors que la condition de semi-réflexion / transparence entraînait des lectures optiques énigmatiques. Ceci est explicable par les intersections des panneaux de verre à 60 degrés, les conditions d’ensoleillement et de saisons toujours changeantes, ainsi que par la position des arbres à l’intérieur et à l’extérieur de l’enveloppe.

 

Tel un caméléon, sous certaines conditions de lumière naturelle, l’installation est pratiquement imperceptible. Elle s’insinue à même son contexte forestier en réfléchissant les arbres et les visiteurs, créant un spectacle où les gens regardent les gens et la nature à travers le filtre de la réflexion. Toutefois, sous des conditions de luminosité différentes, la forme est comprise en tant qu’objet, agissant tel un récepteur pour les ombres concentrées projetées par les arbres.

 

Destinée à être temporaire, l’installation a néanmoins résisté aux intempéries et a été exposée de façon continue au festival depuis son installation en 2003.

Client: Festival International de jardins – Jardins de Métis

Conservateur: Denis Lemieux

Lieu : Grand Métis, Québec

Équipe : Bechara Helal, Hal Ingberg

Coût de réalisation: 27 000$       

Concours internationale : Lauréat

Commanditaire: Vitrerie Technique

Photographies: Robert Baronet et Hal Ingberg